dimanche 17 avril 2016

Salade de boeuf sauce asiate

Envie de viande, mais pas d'un plat trop lourd ? Et hop une salade de boeuf aux saveurs un peu exotiques !


Salade de boeuf sauce asiate
Recette inspirée d'un vieux numéro de Zeste (je ne sais plus lequel, je n'en ai gardé que cette page !)

Une tranche de faux-filet de 300g
1 petit concombre (ou la moitié d'un grand mais c'est moins bien car il aura plus de graines)
1/2 salade iceberg
2 poignées de noix de cajou
1 échalote
1/2 bouquet de coriandre
Sel et poivre

Pour la sauce
4 c.s. d'huile de noisette (ou une huile neutre, à défaut)
2 c.s de nuoc mam
le jus d'un petit citron vert
1 cm de racine de gingembre
1 c.s de sucre, brun si possible
1 belle gousse d'ail
Facultatif: 1 petit piment et 4 ciboules (pas mises ici)

Faire dorer les noix de cajou à la poêle à feu moyen.
Huiler la viande et la faire cuire à la poêle, environ 4 min de chaque côté (le coeur doit rester saignant). Saler, poivrer et laisser reposer le temps de préparer le reste des ingrédients.

Retirer les feuilles extéreures de la salade iceberg, l'émincer.
Rincer, sécher et effeuiller la coriandre.
Peler et émincer l'échalote ainsi que le concombre.

Pour la sauce, mixer l'huile, le jus de citron, le sucre, le nuoc mam, l'ail et le gingembre pelés et hachés, quelques feuilles de coriandre (et le piment et les ciboules hachées, le cas échéant). La sauce obtenue doit être onctueuse et pas trop fine. Goûter et rectifier l'assaissonnement si besoin.

Dans un grand saladier, disposer la salade, le concombre, l'échalote, la moitié de la coriandre.
Emincer le boeuf en fines lamelles et l'ajouter à la salade.
Arroser avec la sauce, parsemer du reste de coriandre et des noix de cajou.
Servir !

jeudi 31 mars 2016

Mosaïque de mars





1. Après les charcuteries fondantes, la burrata crémeuse...la bolognaise de lapin dans sa cassolette en cuivre chez East mama (très bon, mais les 9 heures de mijotage sont-elles vraiment nécessaires ?). Cadre et ambiance chaleureux, malheureusement pas de réservation, peut-être une stratégie pour augmenter la trenditude du lieu. Un grand merci à mes compagnons de tablée qui ont commencé à faire la queue dès 18h30 :). 133 rue du Faubourg Saint Antoine, 75011 Paris.

2. Un joli bouquet de roses aux couleurs girly.

3. Détente et fous rires avec Abracadabrunch à la Grande Comédie.

4. Bibimpap entre filles chez Hangari, le point central de rencontre. 7 rue Louvois, 75002 Paris

5. La superfood salad de Leon, pleine de peps et de couleurs, à faire tout moment de l'année !

6. La fille du train, Paula Hawkins. Un début avec des airs de Fenêtre sur cour (sauf que c'est d'un train que ça se passe). La suite n'a rien à voir mais le suspens est là.

7. Après la lecture de ce billet très instructif, je me suis lancée dans une grande opération tri et rangement, en application des préceptes de la prêtresse en la matière, Marie Kondo. Superflu à la poubelle ou direction Emmaüs. Ahhh, on se sent plus léger après !

8. The revenant. Un milieu hostile, le retour d'instincts primaires (surtout quand il s'agissait de nourriture...âmes sensibles, s'abstenir), de la neige, de la neige, encore de la neige, du vent et des eaux glacées. Brrrrr j'ai eu froid toute la soirée ! Ce qui n'enlève toutefois rien à la perfomance de M. Leo.

9. Premier cours de claquettes. J'aime :)

10. Dîner chez Nina. C'est tout près mais je n'en profite pas assez ! Menu découverte 5 mosaïques à l'humeur du chef à 39 €. Les assiettes sont belles et colorées comme des tableaux, le mélange de saveurs original et toujours réussi. 139 rue du château, 75014 Paris. 

11. J'ai eu du mal à entrer dans l'intrigue, j'avoue ne pas avoir trouvé le premier tiers haletant. Mais passé cette première partie, difficile de décrocher, tout comme pour les trois premiers volumes. Certains réveils le matin ont été difficiles…Zzzzz. 
Millenium 4, David Lagercrantz

12. Pluie + soleil = un magnifique arc-en-ciel pour clore le week-end de Pâques.

lundi 29 février 2016

Mosaïque de février




1. Vive la chandeleur ! Régalade avec une galette crevette et saumon fumé.

2. Lucien Clergue, c'était au Grand Palais jusqu'au 15 février. Arles, les gitans et la captivante fresque cinétique valaient quand même la peine de poireauter 25 min dans le froid.

3. J'aime beaucoup les anémones. Je suis toujours étonnée comme elles ne ressemblent à rien quand on les achète, puis comme elles prennent leur aise au bout de quelques heures dans un vase.

4. Dîner et papotage chez Lazare. Après une fondante blanquette de veau, j'ai enfin goûté au Paris-Deauville. Vanille et caramel, et une texture irrésistible à mi-chemin entre la crème caramel et le soufflé. Juste à temps avant la fermeture pour travaux.

5. Préparatifs pour le prochain voyage ! Merci D. pour ce guide très instructif et joliment présenté !

6. Chocolat. Pour Omar Sy et découvrir le destin hors norme de Rafael, de Cuba à Paris. En complément, voir aussi l'exposition à la maison des métallos (entrée libre !).

7. Le guide du Chinatown de la petite banane. Plein de bonnes adresses pour les estomacs sur pattes !

8&9. Fondue chinoise en famille pour inaugurer l'année du Singe. Bonne année !

10. Un cocktail original au Baranaan, speakeasy à tendance indienne. Trendy et victime de son succès. Arrivez tôt ! 7 rue du Faubourg Saint Martin, 75010 Paris.

11. Des soft tacos aux garnitures fraîchement cuisinées savoureuses, alternative bienvenue au naan un peu surtaxé qui aurait été grignoté debout dans le brouhaha du Baranaan. Ouh La La, cantine Saint Martin, 94 rue René Boulanger, 75010 Paris.

12. Je suis tata ! Un nouveau venu dans la famille, tout petit, adorable, nous rend tous gaga <3...

lundi 22 février 2016

Singapore's favorites

2011
Quel plaisir de retrouver Singapour en septembre dernier, pour quelques jours de transition entre Paris et Java ! Plus de quatre ans et demi se sont écoulés depuis ma dernière visite. Le Marina Bay Sands se tient toujours, majestueux et irréel, en face du Merlion, mais à présent relié au réseau de métro et accueillant en son sous-sol un luxueux centre commercial. Toujours là, certes, mais cette fois plongé dans une brume uniforme, persistante et épaisse, le haze, causé par les incendies de forêt massifs en Indonésie (ci-dessous à droite).


2011 / 2015

Aaahh Singapour !! Un des meilleurs endroits en Asie quand il s'agit de bien manger ! 
Voici un aperçu non exhaustif (difficile de faire plus de 3 repas par jour quand même…) de quelques souvenirs gustatifs.
Pour commencer la journée : café au lait et kaya toasts (irrésistible confiture à la noix de coco, lisse, douce et parfois même parfumée au pandan).


Déjeuner incontournable chez Din Tai Fung, pour déguster des xiao long bao, ces petits raviolis shanghaiens remplis de farce et de bouillon. Je ne sais pas si ce sont les meilleurs du monde, mais ils sont une valeur sûre et j'attends toujours le jour béni où ils ouvriront uen antenne à Paris.



Plein d'autres déjeuners délicieux et bon marché dans des food courts très très propres et bondés à toute heure de la journée. De gauche à droite et de haut en bas :
1. Omelette aux huîtres, carrot cake
2. Wonton soup avec nouilles
3. Laska
4. Fishball soup et quelques hacao (raviolis vapeur aux crevettes)


Les petits déjeuners n'ont pas été en reste. Le plus difficile était de ne pas trop manger pour avoir à nouveau faim au déjeuner...


Entre deux repas, on en profite aussi pour se promener. A Tanjong Pagar par exemple, pour photographier ses shophouses colorées et impeccables. 



Le contraste entre la tradition et la modernité peut surprendre à chaque coin de rue.




Snake beans et morning glory (liserons d'eau)

Mangoustans, ramboutans et mangues



Contraste, une fois de plus. D'un côté de la rue, un immense hôtel comme sorti du futur : lignes droites et courbes élégamment mêlées, matières minérales lisses et brillantes, alternant avec végétation luxuriante.
De l'autre côté de la rue, un immeuble d'habitation tristoune, aux fenêtres duquel les habitants font sécher leur linge à l'ancienne.


A Singapour règnent l'ordre et la propreté, mais ce n'est pas pour autant que l'on s'interdit quelques décorations de rue !



Chinatown est un passage obligé, pour manger bien sûr, soit en plein air dans le hawker de Smith Street, soit dans le fourmillant People's parc complex food centre, mais aussi pour acheter des babioles fabriquées en Chine, des robes et des tuniques bariolées, un sceau gravé avec son nom en chinois, pour visiter le Chinatown Heritage Centre (dommage, il n'avait pas encore réouvert après rénovation en septembre)...


…ou encore visiter l'inattendu temple hindou Sri Mariamman.


En fin de journée, retour à la modernité et la démesure dans le hall du Marina Bay Sands.





Pour commencer une soirée féérique, se diriger vers l'immense jardin-parc d'attraction attenant, Gardens By the Bay. En arrivant assez tôt, il est encore possible de visiter les serres et de marcher sur le chemin suspendu. Mais même en restant au sol, la magie du show sons et lumières nous laisse enchanté, un peu comme aurait pû l'être une visite dans la forêt lumineuse d'Avatar.






Comme on est à Singapour, il y a bien évidemment toute une zone dédiée au manger dans le parc ! Un version proprette et climatisée à l'intérieur, ou une version plus populaire à l'extérieur, où l'on fait la queue pour le fameux chili crab ou des glaces-minute en rouleaux. Sympa pour le spectacle, mais niveau goût je demande à voir...


Par-contre je n'ai pas hésité à goûter les glaces aux parfums de thé de TWG (dans la galerie commerciale du Marina Bay Sands), une enseigne haut de gamme qui rappelle étrangement Mariages frères (en plus cher).


La nuit ne fait que commencer, il est temps d'aller prendre un verre en admirant la ville  au sky bar Cé La Vi.


La vue en 2011. En 2015, on ne voyait rien à part de vagues silhouettes dans le haze. Mais il faut bien vendre un peu de rêve !












Dès potion-minet, alors que le touriste est encore rare (soyons clairs : c'est comparativement à plus tard dans la journée. C'est incroyable le nombre d'Asiatiques en peignoir que l'on peut croiser à 7h du matin) : se balader sur sur le sky park et s'offrir le luxe de quelques longueurs dans les airs.


Photos de 2015. Visibilité maximale ! Et l'impression de suffoquer rien qu'en regardant l'horizon.












Il y a énormément de choses à voir à Singapour, pour qui sait prendre le temps. Trois jours sont bien trop courts. Cette fois-ci j'ai découvert le Musée des Civilisations Asiatiques.

A gauche : des diadèmes de mariée

Des ouvrages brodés traditionnels de minorités en Thaïdande. La technique est traditionnelle, mais les matérieux bien modernes : avez-vous remarqué que le tablier de droite est réalisé dans un tissu au motif Doraemon ?

Des kimonos chinois avec des motifs inspirants






La fois précédente, j'avais passé plusieurs heures dans le génial Musée National de Singapour


Avec des enfants (ou pas !) le Singapore zoo ou Jurong Bird park sont incontournables.

Au Jurong Bird Park

Enfin, je ne peux visiter un pays sans faire un tour dans ses supermarchés. 

Les designs d'emballages sont si kawaï.


Même au rayon entretien de la maison...


Pas de photos - mais il me faut finir ce billet en recommandant une dernière étape obligatoire au Mustafa Centre. Une institution de Little India, hybride entre Prisunic, bazar oriental et hypermarché discount, bref, une caverne d'Ali Baba, ouverte 24h sur 24, 7 jours sur 7. Cette fois j'ai refait mon stock de boh tea (mon préféré : rose litchi), de baume du tigre, acheté un brassard pour iPhone au cas ou je me redécide à courir, plusieurs pots de kaya, des kit-kat au matcha, des trousses et des gommes funs. Et j'ai résisté au rayon "kitchen wares", pour mieux craquer une prochaine fois...

samedi 6 février 2016

Salade de chou-fleur rôti aux graines de carvi

On savait déjà que le chou-fleur ne se mangeait pas qu'en gratin (aussi à croquer à l'apéritif, en velouté, en curry, en faux taboulé…). Maintenant je penserai aussi que le carvi ne sert pas qu'à accompagner le munster :).
Rôties au four, les fleurettes gardent leur petit côté croquant et n'ont pas du tout la texture acqueuse de celles cuites à l'eau ou à la vapeur. Avec quelques petits ingrédients pour relever le tout,voilà une salade facile à préparer et originale à servir en hiver !



Salade de chou-fleur rôti au carvi
Recette adaptée de Rachel Khoo 's Kitchen Notebook

un petit chou-fleur
2 c.s d'huile d'olive
3 c.s. de vinaigre de cidre
1/2 c.c de sucre
1 c.c de moutarde (de votre choix, selon l'envie du moment)
2 c.c de graines de carvi
6 tranches de bacon coupé en petits carrés
1 petit oignon rouge pelé et haché
1 pomme (croquante et acidulée de préférence) épépinée et coupée en petits dés (garder la peau pour la couleur)
Quelques brins de ciboulette hachée
Fleur de sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C.
Séparer les fleurettes du chou et les rincer rapidement à l'eau fraîche. Egoutter et disposer dans un grand plat à four. Ajouter l'huile d'olive, une belle pincée de fleur de sel. Mélanger pour enrober les fleurettes et enfourner. Laisser cuire 20 à 25 min, jusqu'à ce que les fleurettes commencent à dorer.

Pendant ce temps, battre la moutarde, le sucre, le poivre et le vinaigre dans un petit bol. 
Faire torréfier les graines de carvi dans une petite poêle à sec, sur feu moyen. Retirer les graines lorsqu'elles commencent à développer leur arôme.
Remettre la poêle sur le feu et y mettre l'oignon haché et le bacon. Faire cuire environ 5 min en remuant souvent, afin que l'oignon s'attendrisse et que le bacon dore.

Lorsque le chou-fleur est cuit, le transférer dans un saladier. 
Y ajouter les graines de carvi, l'oignon, le bacon, les dés de pomme et la sauce.
Mélanger le tout, rectfier l'assaisonnement si besoin. 
Saupoudrer de ciboulette et passer à table !



dimanche 31 janvier 2016

Mosaïque de janvier




1. Incontournable galettes des rois-party, toujours un bon moment en famille.

2. Un joli bouquet d'iris, en attendant le printemps.

3. Elisabeth Louise Vigée Le Brun, incroyable portraitiste et voyageuse. Une longévité plus qu'honorable (86 ans !) lui aura permis d'être le témoin des bouleversements de la révolution française et de la restauration, en passant par la cour de Naples, de Vienne, de Russie. C'était au Grand Palais jusqu'au 11 janvier.

4. Bar à la plancha sauce vierge à La cantine du Troquet. Bien grillé à l'extérieur (j'ai même mangé la peau !), moelleux à l'intérieur. Nettement moins emballée par le riz au lait (monté à la chantilly). Pas de réservation, il faut être patient ou avoir de la chance.
La cantine du Troquet, 101 rue de l'Ouest, 75014 Paris.

5. Inauguration de mon nouveau moule à kougelhopf. Démoulage finalement sans encombre grâce à un beurrage très généreux. Une recette ici.

6. L'expo Louis Vuitton au Grand Palais n'est pas juste une vitrine de sacs, loin de là. C'est un très chouette voyage dans l'histoire de cette maison mythique, fondée en 1854. Malles armoires, malles à pique-nique, malles salon de thé, malle secrétaire, malle bibliothèque, malle coiffeuse, malle lit…A l'époque où le voyage était réservé à une élite, la créativité et le savoir-faire de Louis Vuitton permettaient à ses clients aisés et aventuriers de se sentir comme chez eux même à l'autre bout du monde. Volez, voguez, voyagez, jusqu'au 21 février au Grand Palais.

7. Café-croissant, parfaitement beurré et feuilleté, un vendredi matin d'école buissonnière. Dominique Saibron, 77 avenue du Général Leclerc, 75014 Paris.

8. Un moment de pure sérénité au spa nuxe. Une parenthèse délicieuse dans un lieu zen dédié à la beauté et au bien-être. A offrir et se faire offrir !

9. En 2016, il faut absolument que je prenne plus de temps pour dessiner et peindre. J'ai commencé par quelques éléments décoratifs pour la chambre d'un futur nouveau membre de la famille très attendu :).

10. Bérangère Krief au Grand Point Virgule. Une bonne tranche de rire. Même si certains moments avaient un air de déjà vu, rappelant l'excellente Florence Foresti.

11. Petits plaisirs d'hiver, des marrons chauds grillés dans la cheminée.

12. Carol. Un très beau film. Avec en plus la mode et le look glamour irrésitible des 50's.

jeudi 7 janvier 2016

Mosaïque de décembre

J'avoue j'ai un peu triché. Quelques éléments de novembre dans cette mosaïque de décembre. D'avant le 13. Dans les semaines qui ont suivi, l'envie de sortir, de découvrir, l'appétit, l'enthousiasme et la curiosité se sont taries. Puis ils sont revenus petit à petit, timidement. Comme d'autres l'ont souhaité avant moi pour la nouvelle année, il est grand temps de rallumer les étoiles...



1. Robert Doisneau, un photographe au museum, c'est encore jusqu'au 18 janvier à la Grande Galerie de l'évolution. Dans la France occupée, les naturalistes continuent à patiemment trier les graines, ranger les plantes dans les herbiers géants. Des bébés tigres naissent à la ménagerie, le lion digne attend son repas quotidien au parc zoologique de Vincennes, le vétérinaire soigne la carie du chimpanzé. Imperturbables. L'exposition rassemble 128 photos et 35 planches contacts, réalisées en 1942-1943 et en 1990. 

2. Miam, des nouilles tirées à la main, spot découvert par pur hasard ! MyNoodles, 129 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris.

3. Fantastique ! Kuniyoshi, le démon de l'estampe, au Petit Palais jusqu'au 17 janvier. Des estampes délicates et colorées qui donnent envie de dessiner !

4. Fine et bien équilibrée, la tarte au citron façon Cyril Lignac. Et youpi, une nouvelle adresse à Duroc (133 rue de Sèvres, 75006 Paris)!

5. Claire Bretécher, à la bibliothèque du centre pompidou jusqu'au 8 février. Quel bonheur de se replonger dans quelques planches familières et d'en découvrir d'autres !

6. Avocado toast chez Lockwood (pain toast, avocat écrasé, salade croquante, saumon fumé, oeuf poché, hoummos au poivron). Et généreux banana bread avec gros morceaux de noix au dessert. Heureuse et délicieuse alternative au Pulled pork sandwich manqué de Frenchie to go (plein comme un oeuf, désespoir).

7. Le pont des espions. Finalement le dernier film vu que j'ai vraiment aimé (beaucoup plus dubitative concernant Un + une et The big short).

8. Beauté Congo à la Fondation Cartier jusqu'au 10 janvier. Coloré et joyeux !

9. Bánh xèo en famille, rien de tel pour changer du chapon avec une grande tablée ! Et mille fois meilleurs que celles des restaurants, toujours trop grasses à mon goût.

10. La dame blanche au théâtre du Palais Royal. Aviez-vous déjà frissonné et sursauté au théâtre ?

11. Yes !! Pho 14, l'institution du 13ème, a ouvert une deuxième adresse près du Palais Royal ! Au 17 rue Molière, 75002 Paris.

12. Philippe Halsman est au Jeu de Paume jusqu'au 24 janvier. Géniale jumpology, pour des portraits plus naturels et spontanés des sujets. Interview photographiée de Fernandel. Délires partagés pendant près de quarante ans avec son compère Dali et sa moustache.